Sélectionner une page

 

Le PLR a examiné avec attention le budget présenté par le Conseil administratif pour l’année 2020.

Nous avons tout d’abord été surpris des nouvelles dépenses et charges proposées, puisque les charges ont passé de CHF 104.8 à 109.33, soit une augmentation de plus de 4.5 millions. Même en enlevant les gratuités, les écritures internes et les charges incompressibles, les charges augmentent de plus de 4.1 millions.

Les recettes, quant à elles, augmentent, mais pas suffisamment, puisque le résultat de ce budget conduit à un déficit de presque 4.2 millions.
N’ayant que très peu de marge de manoeuvre sur les recettes, notre attention s’est naturellement portée sur les charges.
Nous avons entendu les explications selon lesquelles nous devions assumer des charges incompressibles en constante augmentation, telles les charges liées au SIS, à l’ACG, au GIAP et à la FASE.

Nous avons vu aussi que le Conseil administratif était revenu sur la suppression des bons TPG pour les jeunes carougeois et nous nous en réjouissons. Nous pensons en effet que cette aide directe aux familles est un plus indéniable qu’il était important de redonner.

L’augmentation de la ligne du personnel de CHF 1.8 millions nous a beaucoup interrogés. Sur ce montant, près de CHF 600’000.- sont dus aux mécanismes salariaux, plus de CHF 500’000.- aux cotisations patronales et CHF 700’000.- pour des nouveaux postes de travail. En tout, ce sont l’équivalent de 8.65 ETP qui sont demandés, plus une pérennisation de poste que nous avions validé en statut non-permanent. Sur une année, le coût de ces postes sera de près de 930’000.-.

Nous nous sommes évidemment demandé si ces postes étaient absolument nécessaires et s’il n’était pas envisageable de reporter certains engagements. Nous avons toutefois entendu et compris que les services transversaux (finances, RH et informatique) nécessitaient d’être renforcés, au vu de l’évolution des besoins, la complexification des tâches et l’augmentation de la population.

Nous avons également compris qu’il était nécessaire de doter le service des affaires sociales d’un.e assistant.e vu le besoin croissant et l’augmentation de la population faisant appel à ce service. Les explications quant aux autres postes de renfort des secrétariats, à la voirie, au service des sports ou à l’agenda 21 nous ont finalement convaincus.

En revanche, il nous apparait que le poste de délégué à la promotion économique pourrait être reporté, d’une part parce que les explications n’étaient pas si claires sur le descriptif des tâches, et d’autre part, nous pensons qu’il n’est pas inutile d’attendre la prochaine législature pour voir quel(le) magistrat(e) sera en charge des finances et comment ce poste s’articulera dans une éventuelle nouvelle organisation.

Force est de constater que notre commune se trouve à un moment charnière, où nous avons besoin de ressources pour préparer l’avenir, que ce soit au niveau RH, au vu des futurs nombreux départs à la retraite, ou en termes de planification du développement urbain, dans le PAV ou dans tous les autres quartiers qui vont se développer (Pinchat, la Fontenette, etc.).

Si la vie chère ne sera finalement pas accordée aux employés en 2020 au vu de l’évolution du renchérissement, les annuités seront maintenues, comme chaque année.

Nous pouvons comprendre qu’il ne faut pas remettre en question les acquis du personnel, mais nous souhaitons et rappelons que nous voulons que la question de la gratuité ou réduction sur les abonnements des parkings pour le personnel communal soit revue.

Comment prôner la mobilité douce en offrant des abonnements de parking gratuits ou à prix réduits aux employés communaux ? N’est-ce pas là un paradoxe ? Et comment justifier que les habitants paient le plein tarif alors que le personnel communal paie presque moitié-prix ? Cela doit cesser et nous vous demandons de régler cette question avant la fin de la législature.

Quant aux autres charges, nous avons vu qu’elles provenaient des subventions aux institutions de la petite enfance, de la ludothèque, où nous comprenons qu’il est prévu d’y engager une personne pour soutenir les bénévoles qui n’arrivent plus à la faire fonctionner, ce que nous saluons également.

Pour la ligne biens services et marchandises, nous relevons une augmentation de plus de CHF 800’000.- pour l’acquisition de matériel ou de l’entretien supplémentaire, notamment sur les oeuvres d’art.

En ce qui concerne les nouvelles dépenses voulues par ce Conseil, soit le rajout de la fête de la musique et d’Intermezzo, nous ne nous y opposerons pas. Nous pensons toutefois que le concept de la fête de la musique pourrait être revu, voir négocié avec l’ASMV Le Chat Noir qui a vu passer sa subvention de CHF 50’000.- à 100’000.- l’année passée. Pourquoi ne pas leur demander d’organiser cette fête plutôt que de mandater un tiers pour rechercher des groupes ?

Nous espérons qu’en acceptant ces nouvelles dépenses et l’engagement de personnel supplémentaire, la commune sera suffisamment dotée pour faire face à l’avenir. Nous considérons qu’il s’agit d’une année exceptionnelle, au vu des économies réalisées ces dernières années mais nous serons extrêmement attentifs ces prochaines années aux nouveaux besoins ainsi qu’aux fonctionnements des divers services communaux qui seront dotés prochainement car nous pensons que certains fonctionnements doivent être revus, compte tenu de notre situation difficile. Rappelons que nous venons d’augmenter le centime et que le plan financier quadriennal prévoit encore des augmentations d’impôts en 2021 et 2022.

Les prochains investissements qui nous seront soumis seront aussi déterminants, tels que l’agrandissement du parking de Sardaigne ou le projet de nouvelle piscine, que nous appelons de nos voeux, mais pas à n’importe quel prix.

Relevons encore que nous attendons le projet de réforme de la Caisse de pensions, qui devrait être traité avant la fin de la législature.

Nous avons pris bonne note de la provision de CHF 15 millions et des discussions qui sont actuellement en cours, mais nous soulignons aujourd’hui que nous serons attentifs à la question des efforts partagés entre le personnel et la commune.

Pour conclure, nous souhaitons remercier le service financier pour son travail ainsi que l’administration en général qui oeuvre pour la bonne marche de notre commune.

Pour le groupe PLR, Raffaele Fraomene

X